Actualités2019-06-12T11:14:21+02:00

Actualités

La colocation : pour qui et pourquoi ?

Si elle a tendance à effrayer les investisseurs immobiliers, la colocation peut être un moyen très rapide et très rentable de générer des revenus locatifs. Dans certaines villes, la demande est particulièrement forte. Quel est le profil-type du colocataire ?   Contrairement à ce qui est communément admis, le locataire-type n’est pas forcément étudiant. La plateforme LocService a publié mardi dernier son observatoire de la colocation, grâce aux données récoltées depuis un an, et les résultats réservent quelques surprises. L’âge moyen des candidats à la colocation avoisine les 28 ans, alors que l’âge moyen des étudiants en France est de 21 ans et quelques mois. Et pour cause : si les étudiants sont majoritaires parmi les candidatures (52 %), 43 % des candidats sont des gens qui travaillent, et 5 % sont des retraités ou personnes sans activité. Une colocation ne doit pas obligatoirement s’apparenter à une auberge espagnole, mais à un

03 septembre 2019|

Une nouvelle plateforme d’aide pour les propriétaires bailleurs

Ce mardi 09 juillet, le Gouvernement et l’Agence nationale de l’habitat (Anah) ont annoncé le lancement d’une nouvelle plateforme visant à accompagner les propriétaires immobiliers. Celle-ci, déjà en ligne, leur permet d’obtenir toutes les informations nécessaires à la bonne réalisation de leur projet.   Le site internet, Facil Habitat, comporte 4 rubriques : 1 – Investir dans l’immobilier : ce volet met à disposition de ses usagers les bonnes pratiques pour réussir son investissement (carte interactive du territoire, conseils pour réaliser une bonne visite). De plus, il comporte une partie financière, avec un simulateur des frais de notaires, du coût d’hypothèque, mais également un simulateur d’amortissement. 2 – Réaliser des travaux : outre les informations sur les différents types de travaux, l’onglet comporte une liste d’artisans, ainsi que des conseils pour choisir le bon professionnel. 3 – Préparer la mise en location de mon bien : cette rubrique est principalement dédiée à la location

11 juillet 2019|

L’investissement locatif est en vogue en France

Au 1er semestre 2019, la part des ventes consacrées à l’investissement locatif a bondi, et ce dans de nombreuses villes françaises. Le bilan Le bilan semi-annuel du réseau Century 21 met en valeur l’envolée extraordinaire du taux des ventes concernant les biens en investissement locatif et non en résidence principale. Ainsi, sur tout le territoire, ce pourcentage a progressé de 31,8 % par rapport à la même période l’année dernière. Cet essor se retrouve dans l’ensemble des villes de France, avec les augmentations suivantes : + 38,8 % en Île de France + 29,3 % à Lyon + 23,6 % à Marseille Les causes de ce phénomène Ce phénomène serait lié à deux paramètres en particulier. Tout d’abord, les français sont très attachés à leur patrimoine immobilier, ce qui les pousse à effectuer ce type d’investissement. En outre, avec l’incertitude croissante concernant les retraites et les placements financiers, la pierre apparaît

02 juillet 2019|

Quelles sont les villes contenant la plus grande proportion de locataires ?

Avant tout investissement immobilier, il est très important de se renseigner sur le marché locatif du secteur dans lequel se trouve le bien. A cet effet, BFM Immo a compilé les chiffres de l’INSEE afin de dresser un classement des villes contenant la plus grande proportion de locataires. La région parisienne est la grande gagnante de ce classement, avec 6 villes dans le top 10. Les villes comprenant les taux de locataires les plus élevés sont les suivantes : Gennevilliers : 79,1 % Saint-Ouen-sur-Seine : 77,8 % Creil : 77,1 % Aubervilliers : 75,1 % Saint-Denis : 74,3 % Bagneux : 73,8 % La Courneuve : 73,2 % Ce fort taux de location provient en particulier de la présence de nombreux logements sociaux, qui favorisent le marché locatif. Paris, quant à elle, n’occupe que la 69ème position avec un pourcentage de locataires de 61,7 %. A la suite du classement arrivent les villes de Reims (71,1 %), Strasbourg

28 juin 2019|

Taux d’emprunt d’État sous les 0 % : quelles conséquences pour l’immobilier ?

Cette nuit, et pour la première fois depuis 1996, les taux d’emprunt d’État à 10 ans sont descendus sous la barre des 0 %, pour atteindre jusqu’à – 0,002 %. Quelles conséquences pour les banques ? De manière générale, les banques possèdent des liquidités qu’elles doivent placer afin de les rentabiliser. Avec un taux négatif, placer auprès de la Banque Centrale Européenne (BCE) n’a plus aucun intérêt pour celles-ci, qui perdront même de l’argent ce faisant. De plus, actuellement, les marchés des obligations et des actions est très volatil, avec des rentabilités moins intéressantes pour les banques. Quelles conséquences pour les particuliers ?  Aujourd’hui, les banques possèdent peu de solutions de placement avec des rentabilités intéressantes. Ainsi, ces dernières privilégient le prêt aux particuliers, qui bénéficie également d’un taux de défaut très faible (0,1 % en France). Les particuliers peuvent donc, en fonction des profils, espérer des taux de crédit compris entre 0,6 % et 1,25 % sur 15 ans, 0,8 % et 1,45 % sur 20 ans,

19 juin 2019|

Location nue ou meublée, des baux différents !

Pour de l’habitation, en fonction du type de location (nue ou meublée), les caractéristiques des baux locatifs ne sont pas les mêmes. Zoom sur l’un des avantages de la location meublée : la souplesse du bail. Les types de baux en location nue Pour effectuer de la location nue, le propriétaire bailleur doit impérativement conclure un bail classique avec le locataire. En location meublée, un propriétaire peut conclure deux types de contrats avec son locataire : un bail meublé, ou un bail mobilité.   La durée des baux Si les baux classiques s’étendent sur une période de 3 ans renouvelables au minimum, la durée d’un bail meublé est d’un an renouvelable au minimum. Si le locataire est étudiant, cette durée peut être raccourcie à 9 mois non renouvelables. Enfin, un bail mobilité possède une durée très courte – de 1 à 10 mois non renouvelables. Globalement, les baux meublés sont donc

03 juin 2019|

Pour compléter vos revenus, pensez à l’immobilier !

Afin de préparer sa retraite, ou même de bénéficier d’une sécurité plus importante, il est naturel de chercher un moyen de compléter ses revenus. Contrairement à de nombreux préjugés, l’immobilier est un moyen efficace à moyen terme pour générer des revenus supplémentaires.   1 - Un investissement dans du patrimoine Investir dans l’immobilier, c’est placer son argent dans une valeur sûre, la pierre. En achetant votre bien, vous constituez un patrimoine que vous pourrez valoriser toute votre vie, et transmettre à vos générations futures. Louer vos biens vous permet d’ailleurs d’entretenir ce patrimoine ! 2 - Des rentabilités qui permettent de s’autofinancer Dans plusieurs villes, les rentabilités locatives peuvent atteindre des pourcentages supérieurs à 6 %, synonymes d’autofinancement du crédit souscrit pour l’achat de votre bien. De plus, dans des métropoles telles que Marseille, Le Mans, ou encore Limoges, ces rentabilités peuvent dépasser la barre des 8 % : en plus de

07 mai 2019|

Les avantages de la location meublée

Le principe Comme son nom l’indique, la location meublée consiste à la mise à disposition d’un bien immobilier entièrement meublé et équipé. Légalement, pour qu’une location soit considérée comme meublée, il faut que « [chacune de ses pièces] soit équipée d’éléments de mobilier conformes à sa destination ». En France, louer en meublé présente de nombreux intérêts pratiques, financiers, et fiscaux. Les intérêts de la location meublée Si vous louez en meublé, alors vous pourrez profiter de plusieurs avantages : Un bail de location plus souple Des garanties supplémentaires sur l’état de votre bien : Pas de déménagement du locataire donc moins d’usure Un dépôt de garantie de 2 mois contre 1 mois pour de la location nue Un loyer plus élevé que pour de la location nue De plus, grâce au statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP), votre fiscalité sera neutralisée pendant la durée de l’amortissement du bien. Louer sans générer

25 avril 2019|

Des records pour les crédits immobiliers : c’est le moment d’investir !

Depuis quelques années, les taux des crédits immobiliers sont très bas. En 2019, cette baisse semble se poursuivre et se généraliser à l’intégralité des profils. Des taux d’intérêts de plus en plus bas  Après une baisse des taux en mars pour certaines banques, en avril pour les autres, l’argent coûte aujourd’hui très peu cher. En effet, actuellement le taux moyen concédé est de 1,30 % sur 15 ans, 1,50 % sur 20 ans, et 1,70 % sur 25 ans. Certains courtiers peuvent néanmoins, en fonction des profils, négocier des crédits avec un taux d’intérêts allant jusqu’à 0,60 % sur 15 ans ! D’ici le mois de juin, ces taux devraient encore diminuer, et atteindre des plafonds bas records. Une durée de prêt qui ne cesse d’augmenter La grande différence aujourd’hui, c’est que contrairement aux années précédentes, les prêts sont accordés sur une durée beaucoup plus longue à des taux très intéressants. En

11 avril 2019|

A Bordeaux, le prix de l’immobilier se stabilise mais celui des loyers s’envole

En 2018, à Bordeaux, les prix immobiliers avaient augmenté d’environ 10 % en atteignant des records déraisonnables, de l’ordre de 7.500 € à 8.000 € du m2. Après une année record, Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, affirme que « les tensions sur les prix des appartements anciens s’y sont allégées et le rythme annuel de la hausse est ainsi repassé sous la barre des 10 % ». Aujourd’hui, les prix immobiliers se situent autour de 5.000 € à 6.000 € du m2. Si les prix immobiliers se stabilisent, ce n’est pas le cas des loyers, qui continuent à s’envoler. En effet, la hausse de ces derniers, de quasiment 7 % en 2018, est la plus importante en France. Aujourd’hui, les loyers peuvent s’élever de 20 à 22 € du m2 pour de la location nue, et à environ 25 € du m2 pour du meublé, pour des petites surfaces. La stabilisation

25 mars 2019|