Actualités2019-06-12T11:14:21+02:00

Actualités

Statut LMP : la fin du flou juridique

Cela faisait presque deux ans que l’incertitude sur le statut de Loueur en Meublé Professionnel (LMP) planait. En effet, depuis le 08 février 2018, les investisseurs naviguaient sur un flou juridique autour du caractère facultatif de l’inscription d’un LMP au registre des commerces et des sociétés (RCS). Le 05 février 2020, la loi de finances a clarifié les conditions du statut LMP. La condition d’inscription au RCS a été supprimée. Aujourd’hui, pour avoir le statut de loueur en meublé professionnel, les deux conditions suivantes doivent être réunies : Les recettes annuelles de l’activité pour l’ensemble du foyer fiscal doivent dépasser les 23.000 € sur l’année civile Ces recettes doivent être supérieures au montant total des autres revenus d’activité du foyer fiscal (salaires, autres BIC) Dans le cas où l’une des deux conditions n’est pas remplie, le bailleur est considéré comme un loueur en meublé non professionnel (LMNP).   Source : Service-public.fr, « Régime

24 février 2020|

La colocation meublée : une solution d’investissement de choix

Parfois considérée comme un placement à risque par les investisseurs, la colocation meublée présente pourtant de nombreux avantages pour les propriétaires bailleurs. 1 – Une rentabilité maximisée Dans le cadre d’une colocation, le loyer est partagé entre les différents occupants, chacun payant sa quote-part pour la chambre et le partage des espaces communs. Grâce à ce système, les revenus locatifs peuvent rapporter jusqu’à 15 % de plus que si le logement est occupé par un locataire unique, comme un couple ou une famille. Ainsi, la rentabilité du logement est maximisée pour le propriétaire bailleur. 2 – Une limitation du risque de vacance locative La vacance locative est le principal risque de l’investissement locatif. Une période sans locataire peut avoir un impact financier immédiat pour le propriétaire. Or, dans une colocation, il est rare que tous les colocataires quittent le logement au même moment, ce qui permet de limiter ce risque.

17 février 2020|

Prêts immobiliers : attention au durcissement des conditions !

À la fin de l’année 2019, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a préconisé aux banques d’augmenter l’encadrement des crédits immobiliers accordés, afin de protéger les établissements financiers comme les emprunteurs. Quelles recommandations ? Les recommandations du HCSF se sont axées autour de deux facteurs : La limitation de la durée des crédits à 25 ans Le plafonnement de l’endettement au taux de 33 % Dès le mois de décembre, les banques ont commencé à ajuster leurs offres en appliquant les recommandations du HCSF.   Quelles conséquences ? Les recommandations du HCSF ont eu deux conséquences principales : Une baisse de la durée des prêts: la part de la production des crédits à plus de 25 ans a fortement diminué (seulement 1,3 % en janvier 2020) au profit de ceux de durées comprises entre 15 et 20 ans 33,1 %). Une augmentation du niveau de l’apport personnel: alors qu’en 2019, le niveau de

11 février 2020|

Location meublée : en 2020, pourquoi opter pour la location longue durée ?

Avec l’application du décret de la loi ELAN au 1er décembre 2019, les règles d’encadrement de la location saisonnière dans les communes se sont durcies. Aujourd’hui, il devient de plus en plus contraignant de louer un bien via des plateformes touristiques, telles qu’Airbnb.   En effet, depuis le 1er décembre, les communes peuvent exiger, directement de la part des plateformes : L’adresse du local meublé Le numéro de déclaration du logement, si connu Le nombre de jours au cours desquels le logement a fait l’objet d’une location saisonnière   De plus, les plateformes ont désormais l’obligation de bloquer les annonces d’une durée de plus de 120 jours, lorsqu’il s’agit de résidences principales. Pour finir, les communes ont à présent accès au nom du loueur, ainsi qu’au caractère du logement (résidence principale ou secondaire). Si ce décret n’a pas d’influence directe sur le nombre de logements disponibles en location secondaire, s’agissant de

03 février 2020|

La location meublée, pourquoi ?

Comme son nom l’indique, la location meublée consiste à la mise à disposition d’un bien immobilier entièrement meublé et équipé. Légalement, pour qu’une location soit considérée comme meublée, il faut que « [chacune de ses pièces] soit équipée d’éléments de mobilier conformes à sa destination ». En France, louer en meublé présente de nombreux intérêts pratiques, financiers, et fiscaux. Les intérêts de la location meublée Si vous louez en meublé, alors vous pourrez profiter de plusieurs avantages : Un bail de location plus souple Des garanties supplémentaires sur l’état de votre bien : Pas de déménagement du locataire donc moins d’usure Un dépôt de garantie de 2 mois contre 1 mois pour de la location nue Un loyer plus élevé que pour de la location nue Une valorisation de votre patrimoine   De plus, grâce au statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP), votre fiscalité sera neutralisée pendant la durée de l’amortissement du

28 janvier 2020|

Investir dans l’ancien pour une meilleure rentabilité

En 2020, investir dans l’immobilier ancien apparaît comme l’une des solutions clés pour bénéficier de revenus complémentaires avec des rentabilités intéressantes. Pourquoi investir dans l’immobilier locatif ? Parmi l’ensemble des dispositifs d’investissement existants, la pierre demeure le placement le plus sûr. En effet, dans les grandes villes notamment, le marché est relativement stable à court-moyen terme. De plus, investir dans l’immobilier permet de se construire un patrimoine pérenne dans le temps. Les loyers générés par la location peuvent constituer un complément financier non négligeable au moment de la retraite.   Les avantages de l’ancien Aujourd’hui, peu de fonciers sont disponibles. Ainsi, l’offre étant inférieure à la demande, les promoteurs s’arrachent les terrains, et les prix du neuf flambent. Les rentabilités des biens neufs en sont directement impactées (3,5 % en moyenne), alors qu’il reste possible de dégager de beaux rendements dans l’ancien (4,5 % en moyenne). De plus, dans les métropoles

20 janvier 2020|

L’investissement dans l’ancien fait un boom en 2019

En 2019, plus d’1 million de transactions ont été réalisées dans le marché de l’ancien. À noter, la part de l’investissement locatif qui grignote de plus en plus de terrain sur le marché des transactions immobilières. Plus d’1/4 des transactions dédiées à de l’investissement locatif L’année dernière, 27,9 % des transactions ont été dédiées à de l’investissement locatif, soit plus d’un quart des ventes. Cette proportion a augmenté du pourcentage record de 25,3 %, entre 2018 et 2019.   Les profils d’investisseurs types Parmi les investisseurs, les employés et ouvriers sont à l’origine de la plus grande part des transactions (plus de 25 %), les cadres moyens, de 18,1 % des ventes, et les cadres supérieurs et professions libérales de 13,8 % des ventes. Deux profils d’investisseurs se dessinent : les acquéreurs investissant après l’achat de leur résidence principale, ainsi que les parisiens primo-accédants qui investissent en province. Les moins de

13 janvier 2020|

C’est Noël, investissez pour vos enfants !

En cette veille de Noël, les cadeaux sont prêts : sous le sapin pour certains, cachés pour d’autres, pas encore achetés pour les derniers retardataires...  Mais c’est d’un cadeau un peu particulier que nous souhaitions vous parler aujourd’hui : l’achat d’un bien immobilier ! Pourquoi investir dans l’immobilier ? Acquérir un bien immobilier, c’est investir dans le produit sûr et pérenne qu’est la pierre. En faisant bien attention à sélectionner l’emplacement de l’appartement, le risque d’une perte de valeur dans le temps est limité. Les loyers issus de la location du bien constituent des revenus complémentaires non négligeables pour la retraite, et pour la retraite future de vos enfants. De plus, au moment du décès des parents, la transmission du patrimoine immobilier aux enfants est facilitée, grâce au mécanisme des sociétés immobilières (SCI ou SARL de famille notamment).   Les avantages de la location meublée Plus particulièrement, la location meublée offre de nombreux avantages

23 décembre 2019|

Après la défisc, pensez à la location meublée !

Pour défiscaliser, plusieurs dispositifs ont été mis en place, comme les dispositifs Perrissol, Robien, Duflot, ou encore Pinel. Entré en vigueur en septembre 2014, ce dernier vient d’être reconduit jusqu’au 31 décembre 2021. Néanmoins, il a été recentré aux zones A bis, A et B1, les zones B2 et C n’étant plus exigibles.   Utiliser le Pinel pour défiscaliser Grâce au dispositif Pinel, les investisseurs peuvent bénéficier d’une réduction d’impôts de 12 % du prix d’achat du logement s’il est loué pendant 6 ans, de 18 % s’il est loué pendant 9 ans, et enfin de 21 % s’il est loué pendant 12 ans, sur une base de 300.000 €. Au total, il est donc possible de déduire jusqu’à 63.000 € si la durée choisie est de 12 ans. Néanmoins, à la fin des 6, 9 ou 12 ans, une lourde fiscalité s’applique sur les propriétaires bailleurs qui ne bénéficient

18 novembre 2019|

Le bail mobilité souffle sa première bougie

Le bail mobilité est entré en vigueur il y a maintenant près d’un an, dans le cadre de la loi ELAN. Retour sur les caractéristiques de ce nouveau dispositif. Qu’est-ce qu’un bail mobilité ? Le bail mobilité est un contrat de location signé entre le propriétaire d’un logement meublé et un locataire « temporaire », conclu pour une durée comprise entre 1 et 10 mois. Qui peut en bénéficier ? Le bail doit impérativement être conclu entre le propriétaire et le locataire justifiant de l’une des situations suivantes : Formation professionnelle ; Études supérieures ; Contrat d’apprentissage ; Stage ; Service civique ; Mutation professionnelle ou mission temporaire. Quelles sont les règles à respecter ? Le bail, d’une durée comprise entre 1 et 10 mois, est non renouvelable et non reconductible. Si propriétaire et locataire souhaitent poursuivre leurs engagements, ils doivent conclure un bail de location meublée. De plus, le logement doit impérativement être loué meublé, d’après la liste du mobilier

14 novembre 2019|