Actualités2019-06-12T11:14:21+02:00

Actualités

La règlementation sur Airbnb incite à la location meublée

En 2018, la mairie de Paris a distribué plus de 2 millions d’euros d’amendes, soit deux fois plus qu’en 2017, aux propriétaires ne respectant pas le plafond légal des 120 jours de location saisonnière par an. Durcissement des règles sur la location saisonnière, renforcement des contrôles, création du bail mobilité : plusieurs facteurs incitent de plus en plus les propriétaires à favoriser la location meublée traditionnelle au détriment de la location saisonnière. Aujourd’hui, à Paris, près de 50 % des locataires sont des voyageurs d’affaires. En deuxième position, au nombre de 200 000, les étudiants constituent la deuxième population locataire de biens immobiliers. Ces deux catégories socio-professionnelles préfèrent la location meublée à la location nue, du fait de leur mobilité importante. En 2019, les propriétaires ont donc tout intérêt à favoriser la location meublée traditionnelle, notamment dans les grandes villes où la population est mobile et les règles de location saisonnière sont

01 mars 2019|

Dispositif Denormandie ancien : une rentabilité très intéressante dans certaines villes

Le dispositif Denormandie ancien, qui entre en vigueur, est le nouveau régime fiscal de défiscalisation pour des particuliers investissant dans de l’ancien. Il peut être très avantageux dans certaines villes, grâce à des rentabilités très intéressantes. Qu’est-ce que le Denormandie ? Pour que les propriétaires puissent profiter du régime Denormandie, les investissements doivent respecter plusieurs règles : Ils doivent concerner de l’investissement locatif dans de l’ancien Les biens doivent être situés dans l’une des 222 villes du plan Action cœur de ville ou faisant l’objet d’une convention ORT Seuls deux biens peuvent être acquis par an Le prix d’achat est plafonné à 5.500 €/m2 Les loyers vont être plafonnés par décret Une fois le bien acheté, le propriétaire doit y réaliser des travaux à hauteur de 25 % du montant de l’investissement pour améliorer les performances du logement En échange, le propriétaire bénéfice d’une déduction d’impôts allant de 12 à 30 % de cette somme.

21 février 2019|

S’endetter dans l’immobilier pour s’enrichir

De nombreux préjugés existent quant à la manière la plus adéquate de se constituer un patrimoine immobilier. « Je dois d’abord acheter ma résidence principale » ou encore « Je n’ai pas l’apport nécessaire pour investir » font partie des nombreux adages soutenus en matière d’investissement locatif. A contrario, quelqu’un qui recevrait une somme à quatre chiffres ou plus songerait immédiatement à rembourser ses emprunts. Pourtant, l’emprunt est un moyen de s’enrichir. Comme le défend Ludovic Houzieux, directeur associé d’Artemis Courtage, « c’est tout simplement la technique employée par les fonds d’investissement, les foncières, ainsi que ceux qui disposent de hauts revenus ». Or, l’immobilier est le seul actif qu’il est possible d’acquérir via un emprunt, donc en s’endettant. Avec des taux de prêts historiquement bas (inférieurs à 1,5 % toute l’année dernière, soit moins que l’inflation), aujourd’hui, d’après l’Insee, « le coût du crédit est nul, voire négatif ». De plus, l’allongement de la durée du prêt immobilier permet de diminuer drastiquement le montant de

14 février 2019|

Les taux des prêts immobiliers ne devraient pas augmenter tout de suite

Jérôme Robin, président du courtier Vousfinancer, pronostique que « les taux de crédit ne vont pas remonter significativement en 2019 ».   Tout d’abord, la banque centrale européenne (BCE) a pris la décision de maintenir ses taux actuels, au moins jusqu’à l’été. De plus, compte tenu des prévisions de baisse de croissance dans la zone euro, Jérôme Robin prédit que la BCE devrait continuer à pratiquer des taux bas pour aider le pays. Pour terminer, l’entrée en vigueur du prélèvement à la source devrait avoir des conséquences : « Les banques devraient maintenir des taux bas pour soutenir la demande ».   Alors que la progression des prix de l’immobilier s’est tassée en 2018 (+ 1,9 % contre + 2,6 % en 2017), accéder à la propriété a toujours un faible coût. 2019, l’année pour investir ?   Sources : La Vie Immo, Les taux immobiliers ne devraient pas remonter tout de suite La Vie Immo, Immobilier

29 janvier 2019|

Qu’est-ce que la location meublée non professionnelle ?

Choisir son statut juridique est une étape clé pour un propriétaire qui souhaite louer un bien immobilier. Le régime LMNP est très prisé, nous vous expliquons pourquoi. Qu’est-ce que le régime LMNP ? Le statut de loueur meublé non professionnel offre certains avantages aux propriétaires. Pour pouvoir prétendre à la qualification d’une location en LMNP, il est nécessaire que les recettes locatives perçues soient inférieures à 23 000 euros par an ou que celles-ci ne dépassent pas les autres revenus du foyer fiscal et qu’aucun membre du foyer fiscal ne soit inscrit comme loueur professionnel au RCS. Quelles sont les démarches à effectuer pour bénéficier du régime LMNP ? Les démarches administratives sont simplifiées au maximum. Pour une création d’activité, le propriétaire va remplir le formulaire P0i et le transmettre au greffe du tribunal de commerce dont dépend le bien immobilier loué. Cet enregistrement au régime LMNP doit être réalisé dans les 15

22 janvier 2019|

Qu’est-ce que le régime réel d’une location meublée non professionnelle ?

En ce qui concerne la location meublée, le régime fiscal peut être de deux types : micro-bic ou réel. TOUT MEUBLER vous explique le régime réel. Quelles sont les conditions d’applications du régime réel pour une location meublée ? Le régime réel, pour une location meublée dont les recettes sont supérieures à 70000€, est automatiquement appliqué. En dessous de ce seuil, le régime réel devra être demandé par le propriétaire sur la déclaration d’existence P0i. En cas de changement de régime en cours d’activité, le propriétaire devra le déclarer au service des impôts des entreprises. Les avantages d’une location meublée au régime réel Le régime réel pour une location meublée permet au propriétaire de déduire les dépenses liées à cette activité, par exemple : les petites réparations et l’assurance du bien immobilier, l’électricité, les charges de copropriété ou encore les impôts liés à la location meublée. Ce régime fiscal prévoit également l’amortissement du

22 janvier 2019|

La LMNP et le régime fiscal des bénéfices industriels et commerciaux

La location meublée non professionnelle peut représenter un complément appréciable de revenus… qui est donc imposable. Le choix du régime micro BIC en tant que non professionnel peut présenter certains avantages. LMNP et micro BIC : la fiscalité simplifiée Le fonctionnement du régime de la LMNP en micro BIC est très simple. Le propriétaire bénéficie d’un abattement forfaitaire de 50 %, ou de 71 % en cas de meublé touristique. Le revenu net sera soumis à l’impôt sur le revenu. Les montants des loyers perçus sont à indiquer une seule fois dans la déclaration complémentaire 20142 CPRO. Cette procédure simplifiée évite de multiplier les opérations comptables et fait donc gagner du temps aux propriétaires. LMNP et BIC en réel : une solution intéressante L’autre solution est d’opter pour le régime réel, c’est-à-dire de ne plus déclarer seulement des revenus bruts, mais de calculer toutes les charges qui viennent s’imputer. Les frais déductibles

17 décembre 2018|

Le système d’amortissement LMNP en détail

Sous le statut LMNP, le régime réel prévoit la déduction des charges liées à la location meublée ainsi que les amortissements. Généralement, ce système permet au propriétaire de ne pas payer d’impôt sur les revenus locatifs. Qu’est-ce que l’amortissement ? L’amortissement d'une LMNP consiste à déduire des revenus perçus (les loyers) une fraction du capital immobilisé, qui est la traduction comptable de l’« usure » des biens. Vont donc entrer dans l’amortissement d’une location meublée non professionnelle : la valeur économique du bien immobilier, les montants des travaux effectués dans celui-ci et du mobilier acheté. Location meublée non professionnelle et amortissement, comment ça marche ? L’administration fiscale encadre la durée d’amortissement : l’amortissement d'une location meublée non professionnelle s’étale sur 25 à 40 ans pour le bien proprement dit (soit de 2,5 % à 4 % par an du prix hors taxe) et sur 5 à 7 ans pour le mobilier (soit

17 décembre 2018|